Milo Manara au micro de Pascal Goffaux pour la rtbf

Jeudi 29 novembre 2018

Depuis un demi-siècle, Milo Manara donne une image fantasmée de la femme. En 1967, il est l’assistant du sculpteur espagnol Berrocal. Il découvre grâce à lui la bande dessinée pour adultes : Barbarella de Jean-Claude Forest, un personnage inspiré par la plastique de Brigitte Bardot, qui voyage de planète en planète et Jodelle du Belge Guy Peellaert, influencé par l’esthétique du pop art, qui capte les traits de Sylvie Vartan pour dessiner une jeune fille bien dans son époque. En 1968, le crayon de Milo Manara crée Jolanda de Almaviva, une comtesse au temps des pirates lancée dans des aventures exotiques et érotiques. L’obsessionnel dessinateur poursuit scandaleusement un rêve étrange et pénétrant  … d’une femme inconnue qui n’est chaque fois ni tout à fait la même, ni tout à fait une autre … mais, en paraphrasant Verlaine, la femme est plus un objet de fantasme qu’un doux rêve familier. Quand a eu lieu Le Déclic dans la vie de Manara ? Qui a implanté dans son cerveau une puce qui a permis de libérer son intensité sexuelle ou sa toute puissance créatrice ? Réponse dans cet entretien et aux cimaises de la galerie, 33 Place du Châtelain à Ixelles.

Écouter le podcast complet sur le site de la rtbf