Raoul Servais vu par… François Schuiten

Mardi 17 octobre 2017

Huberty & Breyne Gallery présente la prochaine exposition de Raoul Servais, "Taxandria"long métrage d'animation réalisé en collaboration avec François Schuiten dont le vernissage se déroule ce jeudi 26 octobre à Bruxelles à partir de 18h. 

À cette occasion, François Schuiten nous livre son témoignage.


« Raoul Servais a travaillé, jeune, avec Magritte et il était fasciné par le travail de James Ensor. C’est un réalisateur marqué par la dimension picturale du surréalisme en Belgique. Lorsque nous nous sommes rencontrés pour la première fois, il a réalisé que j’étais l’auteur d’un dessin qu’il avait déjà accroché dans sa chambre ! Il était donc sans le savoir déjà sensibilisé à mon travail. Nous nous sommes tout de suite très bien entendus. Il m’a proposé de participer à son long métrage et m’a chargé de la conception de l’univers graphique de Taxandria. Mes premières propositions lui ont tout de suite plu, c’était comme une évidence. Nous nous comprenions parfois sans même nous parler. Nous nous sentions naturellement en phase, avec la même conception de ce que nous souhaitions exprimer. J’ai mis énormément de moi-même dans la réalisation des dessins pour Taxandria. Raoul Servais est un artisan et un homme très gentil, peut-être trop pour le monde du cinéma. La réalisation du film a été bien plus complexe que la phase de création graphique. Il s’est passé huit ans avant que le film ne paraisse enfin. Nous avons essuyé les plâtres dans de nombreux domaines, à commencer par la technique qui évoluait très rapidement à cette époque. Mélanger des prises de vues réelles d’acteurs, tournées sur fond bleu à Budapest, et des dessins était complexe. Taxandria se devait d’être un film grand public alors qu’il était fondamentalement expérimental. Le résultat n’a pas été à la hauteur de la poésie qui s’en dégageait sur le papier, mais on y trouve quelques moments de grâce absolue. Il y a un parallèle à faire entre le travail de Raoul Servais et celui de Paul Grimault. Tous deux ont fait des court-métrages qui étaient autant de préambules à l’expression d’une grande dimension poétique ne demandant qu’à se développer en long-métrages. Paul Grimault a eu la possibilité de pouvoir reprendre La bergère et le ramoneur pour en livrer sa version personnelle dans Le Roi et l’oiseau. Raoul Servais devrait lui aussi avoir cette chance !  »

– François Schuiten


Raoul SERVAIS – Taxandria

Vernissage en présence de l'artiste le jeudi 26 octobre à partir de 18h

Exposition du 27 octobre au 10 décembre 2017


Huberty & Breyne Gallery Bruxelles

Rue de Bodenbroek 8A

Place du Grand Sablon
1000 Bruxelles