À PROPOS

Frank Le Gall est né dans la ville aux cent clochers, à Rouen, en 1959. Il grandit avec Tintin, Astérix et Lucky Luke, avant d’esquisser sa première aventure, Pouce de Plein-Vent, dans le magazine écologique Pistil à dix-huit ans. A l’aube des années 1980, le journal Spirou publie sa série Valry Bonpain, le détective saxophoniste mis en scène avec Alain Clément. Mais c’est avec Théodore Poussin, créé en 1984, que Franck Le Gall s’impose parmi les nouveaux maîtres de la bande dessinée franco-belge.
Aux frontières du réalisme,  en constante évolution graphique et narrative,  l’odyssée en douze volumes de Théodore Poussin devient son grand-œuvre. Ce héros malgré lui s’enracine dans l’histoire familiale de l’auteur mais Franck Le Gall va rapidement larguer les amarres de la véracité historique. A l’image de Corto Maltese, Théodore Poussin navigue entre  deux eaux, celles de la bande dessinée et de la littérature. En 1989, Franck Le Gall recevra  l’Alph-Art du meilleur album au Festival d’Angoulême pour l’épisode de Marie Vérité, suivi dix ans plus tard d‘un Alph-Art du public pour Un passager porté disparu.
Bourlingueur du trait, l’auteur explore entre-temps d’autres territoires graphiques. Sur un scénario de Yann, il ose les cases baroques des exploits exotiques de  Yoyo sous une lune noire dans la revue Circus. Il revisite Pinocchio, Rikki-Tiki-Tavi ou Ali-Baba et les 40 voleurs pour Je Bouquine. En duo avec son frère Pierre, il griffonne à l’encre de Chine, en ombres chinoises, Les Petits Contes noirs, avec l’acidité d’un Caran d’Ache. En 2007, il innove encore en modernisant délicatement l’univers de Spirou et Fantasio plongés dans  Les Marais du temps. Cet album néo-rétro débarrasse Spirou de son costume de groom. Franck Le Gall excelle dans l’égratignure des clichés de la bande dessinée.