À PROPOS

Peintre, acteur, auteur, humoriste, cartooniste, Philippe Geluck est un athlète complet. Son Chat est devenu un indispensable de la bande dessinée et le meilleur porte-parole de l’absurdité du monde. A l'âge de Quick et Flupke, le petit Philippe pensait devenir clown ou fantôme. A 16 ans, il donne ses premiers coups de griffe dans L'oeuf, avant de signer des aquarelles venimeuses exposées à Ostende, Londres, Paris et Milan. Il démystifie ensuite la Vénus de Milo au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles. Entre-temps, il fonde le Théâtre Hypocrite, monte sur les planches du Théâtre national de Belgique, figure dans un film de Delvaux ou enregistre un 33 tours de rondes enfantines avec Philippe Lafontaine et Maurane.
Le 22 mars 1983, Le Chat, imaginé pour animer le faire-part de mariage de l’auteur, apparaît dans Le Soir et lance son fameux « Pif ! Paf ! Pouf ! C’est un bon début ». Héritier graphique de la ligne claire, l’animal persifle tous azimuts, prend l'autorité à rebrousse-poil. L’art de Philippe Geluck est une synthèse personnelle de la fulgurance corrosive de Reiser, de la poésie noire  de Folon, de l’ironie mordante de Chaval. Né en 1954, l’artiste ne s’est  jamais pris au sérieux. Il se revendique de l’art populaire et du canular. Ce funambule de l’humour cherche à tordre le regard et l’esprit pour mieux surprendre. Son crayon déclenche le rire dans l’intention de nous faire  réfléchir.
A travers ses toiles, Philippe Geluck chatouille hors les cases la perception de l’art moderne. Qu’il mette en abyme L’origine du monde de Gustave Courbet, cliche le pop art de Roy Lichtenstein, interroge l’expressionnisme abstrait de Jackson Pollock ou lacère le spatialisme de Lucio Fontana, c’est toujours avec un sourire en coin. Ses oeuvres sont autant d’hommages piquants aux maîtres de la peinture contemporaine. Le Chat prend aussi la pose pour des sculptures de résine ou de bronze, jouant au Chaltérophile ou au Discobole. Rien n’est sacré ni formaté sous le trait de Philippe Geluck.  S’il détourne les chefs-d’œuvre, c’est avec tendresse et admiration, pour nous inviter à en tirer de nouveaux plaisirs inattendus.