À PROPOS

François Avril vole les silhouettes des élégantes à la pointe de son crayon. Il met des notes de jazz dans les soirs de Paris. Il transforme les villes en théâtres d’aventures graphiques. Illustrateur de magazine ou de publicité, dessinateur de bande dessinée et de livres pour enfants, l’artiste parisien né en 1961 est un maître de la ligne simple, des formes en apesanteur et de la couleur poétique. Après des débuts fulgurants dans le fanzine Band’ à Part, il a publié des albums épurés à l’esthétique distinguée comme Doppelgänger SA, Le voleur de ballerines ou Le chemin des 3 places. Sa main a griffé des couvertures pour Lire et Libération. Il s’est illustré avec maestria dans les livres pour enfants. L’estampe, la gravure, le dessin de presse, la publicité : tout l’intéresse dans le dessin.

Ses originaux voyagent entre Genève et Amsterdam. Il dessine New York en même temps qu’il peint Cancale. Ce faux naïf expose son talent de Paris à Tokyo.  Il peut dessiner Manhattan et Bruxelles, en même temps qu’il peint Perros Guirec. À l’aquarelle, au crayon de couleur, à l’acrylique ou au pastel gras, son œil est toujours avide d’explorer des formes de création inédites.

Aussi à l’aise dans la miniature que sur les toiles monumentales, il affiche une pureté esthétique parfois proche de l’abstraction.Ses œuvres enflamment la curiosité. Chez François Avril, un détail suffit à perturber le sens de la perception. Son inspiration se nourrit des maîtres fondateurs dela bande dessinée américaine ou des géants de l’Age d’or franco-belge. Figure de proue de l’Ecole de Pigalle avec Jacques de Loustal ou Dupuy et Berbérian,ce minimaliste du trait réinvente le 9e Art depuis les années 1980,de ses coups de crayon fragiles toujours en quête de la ligne essentielle.

VIDEO