Claude AUCLAIR
Le Sang du Flamboyant

Claude Auclair (1943 – 1990) est un auteur emblématique de sa génération, talentueux et engagé, admiré par Jacques Tardi et Jean-Claude Mézières qui termineront le second volet de sa série Celui-là, à la suite de sa mort — tome dès lors intitulé Celui qui achève. Sa maîtrise des contrastes à l’encre de Chine est majestueuse, dépeignant avec un dessin précis différents gros plans des visages de ses protagonistes accompagnés d’une nature riche et luxuriante en toile de fond, le tout formant une narration efficace et des cases muettes puissantes.

Appréciant particulièrement le genre de la Science-Fiction, il racontera sincèrement dans ses ouvrages son amour pour la nature — issu de sa jeunesse dans un marais breton — et dénoncera toute forme d’esclavage, qu’elle soit idéologique, économique ou politique. Auclair a dessiné les rêves d’une génération, et son œuvre doit aujourd’hui être lue en comprenant les idéaux des jeunes issus de Mai ’68.

Outre la SF, Auclair réalisera également un travail sur l’Histoire, notamment dans Bran Ruz où il défend sa propre minorité culturelle bretonne, mais aussi dans les planches présentées ici, issue de l’album Le Sang du Flamboyant (paru dans (À suivre) du n° 74 au n° 82 et reprises en album chez Casterman en 1985) où l’intrigue se déroule dans la Martinique de la première moitié du XXe siècle. Des luttes désespérées pour un droit au respect et à une identité culturelle, la déstabilisation de l’économie et pour certaines jeunes femmes l’obligation de faire le trottoir, cet ensemble d'oppressions lui rappellent le calvaire breton.
Il désire montrer le mal que font les cultures dominantes et cela l’amène indirectement à défendre les cultures opprimées. Auclair présente également une vision de la femme ni trop fragile ni trop aventurière, elles ont une nature féminine authentique et saine, proposant des personnages féminins tout aussi complexes que ses personnages masculins.